L'immobilier à Paris 7 ème
29 Juin

Le loyer de votre appartement à Paris 7e est-il trop élevé ?

Le savez-vous ? Un an après le retour de l’encadrement des loyers à Paris, selon l’enquête de Meilleurs Agents, leader de l’estimation immobilière en ligne, plus d’une annonce sur deux ne respecte pas le dispositif à Paris (53%). Vous avez un appartement à louer à Paris 7e ? Le loyer est-il trop élevé ? Faisons le point.

Curieusement la proportion d’annonces qui ne respectent pas le dispositif augmente significativement quand les logements sont situés dans les arrondissements les plus chers de la capitale : 6° (70%), 7° (60%) et le centre (67%). Les petites surfaces sont les plus touchées par ce phénomène. En effet, plus la surface est petite, moins le loyer est dans les clous. Près de 80% des annonces d’appartements de moins de 20 m² sont illégales contre 45% pour les appartements de 60 m² à 80 m². Ailleurs, les petites surfaces sont là encore les plus perdantes, car les loyers affichés dépassent de 22% en moyenne le loyer de référence et les abus peuvent aller bien au-delà.

Plus d’un logement sur deux est loué trop cher à Paris
Ainsi, un petit 2 pièces de 18 m² dans un immeuble 1900 dans le quartier de la Plaine Monceau du 17° arrondissement est affiché à 1 000 € par mois (hors charges) alors qu’il devrait être affiché à 555€ maximum.

“Un an après sa remise en vigueur, l’encadrement des loyers est loin d’être respecté à Paris. Ce sont malheureusement les petits logements qui sont le plus dans l’illégalité alors que ce dispositif devait justement protéger les locataires de ce type de surfaces (étudiants …). Toutefois, l’étude ne nous permet pas de déterminer si les bailleurs justifient le dépassement par le complément de loyer (caractéristiques exceptionnelles du bien). Celui-ci doit être obligatoirement mentionné dans le bail”, déclare Thomas Lefebvre, directeur scientifique de Meilleurs Agents.

Ce qu’il faut retenir également ?
• Le dépassement est en moyenne de 130 euros par mois, ce qui représente 1 500 euros par an.
• Point positif : l’encadrement des loyers a permis de freiner la hausse des prix des locations
• Un dispositif mal calibré ne reflétant pas l’hétérogénéité et la réalité du marché immobilier parisien

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée